15/05/2011

VOYAGE AU CŒUR DE LA PSYCHIATRIE (Alexis Fricker)

VOYAGE AU CŒUR DE LA PSYCHIATRIE

par Alexis Fricker


Pourquoi avoir fait le choix de traiter de la psychiatrie ? Pourquoi cet angle bien précis, celui de l’humanisation des soins en milieu psychiatrique ? « Simplement pour livrer des témoignages à écouter dans ce travail sonore de 60 minutes, pour faire part aussi de mon regard sur cet univers qui reste très méconnu», explique Alexis Fricker, journaliste radio (France Info / France Bleu) qui livre en exclusivité pour Europeus cette série documentaire réalisée en 2006 en Gironde.

« Autre objectif : Donner à entendre dans ces dix épisodes plusieurs points de vue très intéressants, révoltants parfois, touchants, mais toujours saisis au plus près de l'action et de sa réalité. Il y a les psychiatres et les infirmier(e)s encore en exercice ou à la retraite, l'ancienne patiente aujourd'hui en psychothérapie, d'autres patients au sein de structures alternatives de soin, des proches de patients sous traitement, tous rencontrés et côtoyés pendant six à huit mois en Gironde et essentiellement à Bordeaux.

Ce travail, c'est aussi le dégoût d'une vision actuelle de la société face à ceux qu'elle appelle des fous. La folie, fort justement, interroge la société qui refuse de la voir et de lui répondre, comme le fou nous interroge sur notre condition. Bien souvent, on ne le considère pas, commettant là un acte inhumain. Et cette inhumanité, voilà qui est beaucoup plus grave et choquant, même certains professionnels du secteur, certains psychiatres (bien souvent les mandarins), en sont imprégnés. Et ils l'appliquent sans scrupules car le malade devient un simple matricule, un symptôme, une pathologie, et perd son statut d'être humain.

Nous voilà donc bien loin de l'acception première de l'asile, de la vision humaniste du philosophe Michel Foucault dans son ouvrage L'histoire de la folie à l'âge classique, teinté de préceptes jadis défendus par Erasme dans son Eloge de la folie ou par Sébastien Brant dans La Nef des fous.

Quant à Jean Oury, le directeur-fondateur de l'illustre clinique de La Borde dans le Loir et Cher, c'est sûrement lui qui porte le regard le plus éclairé, le plus humain sur les soins en psychiatrie. Extrait d'une interview réalisée en 2002 par Nicolas Philibert à l'occasion de la sortie en DVD de son documentaire La moindre des choses (1995), sur le fonctionnement de cette clinique : « Pour travailler là-dedans, il faut être balayeur et pontonnier et savoir aussi rendre sa propre présence la moins dangereuse possible pour les patients et soi-même. En fait [...], on cherche à répondre à une question : comment être le moins nocif possible ? [...] L'ambiance est ultra-importante et ce n'est pas pareil d'être enfermé pendant des mois ou attaché dans une cellule comme ça se développe aujourd'hui que d'être dans un système de clubs avec une liberté d'action et d'allées et venues en ayant de petites responsabilités [...] Ca compte dans le traitement de la psychose car ces gens sont dispersés, disloqués, ils s'attachent aux petits détails qui ne se voient pas forcément. Il faut donc être vigilant quand on est soignant, être veillant et l'ambiance joue un rôle crucial dans la maladie. C'est idem pour un gosse à qui on ne parle pas ou bien à qui on parle de manière niaise. Tout ce qu'on fabrique, c'est de l'atrophie cérébrale. Et pour les schizophrènes et les psychotiques, c'est pareil ».

Ce que nous offre Alexis Fricker est un reportage en dix épisodes, en dix jours de diffusion. Un document rare, unique. Histoire d’aller plus au fond des choses sur un sujet de société souvent tu, qui touche la France mais aussi l’ensemble des pays européens. Bonne écoute.

Episode 1/10 (6'09)

Descriptif de la situation de la psychiatrie française après la seconde guerre mondiale et l'avènement du premier neuroleptique, le Largactil. C'est aussi l'époque des asiles puis de courants de désaliénation avec l'antipsychiatrie et la psychothérapie institutionnelle prônées par des psychiatres qui ont révolutionné la discipline : Tosquelles, Bonnafé, Daumézon, Oury. Cet épisode est enfin l'occasion de brosser un tableau assez sombre de l'actuelle psychiatrie.



Voyage au coeur de la psychiatrie épisode 1 par europeus

 

SOURCE

16:13 Écrit par anormopathe dans Articles, Vidéos, audio | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.